High-Tech News

Amazon prévoit une modération plus agressive de sa plateforme d’hébergement AWS


Amazon prévoit d’étendre son équipe de modération interne pour Amazon Web Services, selon un nouveau rapport de Reuters. Citant deux sources, le rapport indique qu’Amazon envisage de développer une capacité de surveillance proactive des menaces au sein d’AWS, qui recherchera le contenu interdit sur les serveurs AWS et le supprimera avant qu’il ne soit signalé par les utilisateurs.

Contacté pour commenter, Amazon n’a ni confirmé ni infirmé l’exactitude du rapport, mais a déclaré qu’il ne prévoyait pas de pré-examiner le contenu avant sa publication sur la plateforme. « Alors qu’AWS continue de se développer, cette équipe (comme la plupart des équipes d’AWS) continuera de se développer », a déclaré un représentant dans un communiqué.

L’entreprise a longtemps maintenu une politique d’utilisation acceptable pour AWS, qui interdit l’utilisation du service pour les intrusions informatiques, le spam ou la promotion de la violence ou d’autres délits. Mais l’application de ces termes a été largement réactive, s’appuyant souvent sur des rapports d’utilisateurs externes pour identifier le contenu interdit. Alors que la politique elle-même ne changera pas, l’approche d’application agressive placera AWS dans la même catégorie que les principales plateformes comme Facebook et YouTube.

Les chercheurs sur le terrorisme ont précédemment appelé à une approche plus proactive des plates-formes d’hébergement, avec un éditorial en 2019 appelant spécifiquement Amazon. « Les entreprises doivent surveiller de manière proactive ce qui se trouve sur leurs plateformes pour s’assurer qu’elles ne l’hébergent pas par inadvertance », lit-on dans l’éditorial, « ne pas attendre que des étrangers l’exposent ».

Cette décision fait suite à un changement similaire d’Apple, qui a récemment annoncé un système controversé pour rechercher de manière proactive les images d’abus d’enfants dans les photos iCloud.

Le passage à une modération proactive est susceptible d’attiser les inquiétudes conservatrices concernant la censure supposée sur AWS, lancée lorsqu’Amazon a brusquement interrompu l’hébergement de Parler après la plate-forme a refusé de retirer une série de menaces violentes. Parler a poursuivi Amazon à la suite de la décision, bien qu’il ait a rencontré peu de succès devant les tribunaux.

Certains aspects de ce changement semblent déjà en cours. Reuters note qu’Amazon a supprimé un site Web lié à l’Etat islamique plus tôt cette semaine, en suivant la piste d’une application exploitée par un groupe dérivé qui n’était pas hébergé sur le service.

Cela fait partie d’une campagne de recrutement plus large menée par le PDG Andy Jassy, ​​qui était auparavant en charge d’AWS. Jassy envisage d’embaucher jusqu’à 55 000 nouveaux employés dans des rôles technologiques et d’entreprise, y compris une expansion significative des ambitions Internet par satellite de la société dans le cadre du projet Kuiper.

6:33PM ET: Mis à jour avec la déclaration d’Amazon.



Source link

Quelle est votre réaction ?

Excité
0
Heureux
0
J'adore
0
Pas certain
0
ridicule
0

Vous aimerez aussi

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans:High-Tech News