High-Tech News

La Californie accuse Riot d’avoir induit les employés en erreur sur leur droit de s’exprimer


Le département californien de l’emploi et du logement équitables a publié une déclaration indiquant que Riot Games n’avait pas informé ses employés de leur droit de parler au gouvernement des cas de harcèlement et de discrimination.

Dans un communiqué de presse, le DFEH — le corps poursuit également Activision Blizzard pour discrimination et harcèlement – a déclaré avoir demandé aux tribunaux « d’obliger Riot Games Inc. à se conformer à l’ordonnance du tribunal du 4 juin 2021 exigeant que l’entreprise envoie un avis à ses travailleurs concernant leurs droits de parler avec DFEH ».

En 2018, un enquête approfondie de Kotaku a révélé que Riot Games favorisait un environnement dans lequel les employées étaient harcelées, rabaissées et ignorées pour une promotion. En novembre de la même année, un employé actuel et un ancien employé a déposé un recours collectif accusant Riot Games de discrimination fondée sur le sexe. En 2019, Riot a réglé ce procès, verser 10 millions de dollars aux employées actuelles et anciennes qui ont travaillé dans l’entreprise de 2014 à 2019. PDG de Riot Nicolo Laurent a été accusé d’avoir harcelé une assistante de direction mais le groupe de travail spécial chargé d’enquêter sur la réclamation a trouvé « aucune preuve » d’actes répréhensibles.

Dans son enquête sur Riot Games, le DFEH a trouvé un langage dans les accords entre l’entreprise et les employés qui « suggérait que les employés ne pouvaient pas volontairement et franchement parler avec le gouvernement du harcèlement sexuel et d’autres violations ». En réponse, le DFEH a demandé aux tribunaux d’obliger Riot à émettre un avis à ses employés les informant de leurs droits de parler au gouvernement en cas de harcèlement ou de discrimination, indépendamment de tout accord de non-divulgation ou de non-dénigrement qu’ils auraient pu signer. Le DFEH affirme que de tels accords ont « un effet dissuasif sur la volonté des individus de fournir des informations qui peuvent être importantes pour le DFEH car ils cherchent à faire avancer l’intérêt public dans l’élimination de la discrimination et du harcèlement en matière d’emploi illégal ».

Les tribunaux ont accédé à la demande du DFEH et ont ordonné à Riot Games d’émettre un avis correctif, mais le DFEH affirme que Riot ne l’a toujours pas fait deux mois plus tard.

Dans un e-mail à Le bord, un porte-parole de Riot a déclaré que « des avis sont envoyés aux anciens employés pour confirmer que les accords de licenciement de Riot n’ont jamais interdit de parler aux agences gouvernementales ». Le porte-parole de Riot a également réfuté les affirmations du DFEH concernant la langue de règlement mettant potentiellement en garde les employés de parler au gouvernement. Le porte-parole a envoyé une capture d’écran d’une partie de l’accord de séparation de l’entreprise qui indiquait : « Rien dans cet accord ne vous interdit de signaler d’éventuelles violations de la loi ou de la réglementation fédérale ou étatique à une agence ou une entité gouvernementale. » Le porte-parole a noté que cela était un langage standard dans l’accord de séparation de l’entreprise depuis des années.



Source link

Quelle est votre réaction ?

Excité
0
Heureux
0
J'adore
0
Pas certain
0
ridicule
0

Vous aimerez aussi

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Plus dans:High-Tech News