High-Tech News

Les démocrates demandent une enquête fédérale sur une prétendue collusion publicitaire entre Google et Facebook


Quatre membres démocrates du Congrès demandent une enquête pour déterminer si un prétendu accord secret de 2018 entre Google et Facebook concernant la publicité numérique a violé la loi fédérale antitrust. Les sénateurs Elizabeth Warren (D-MA) et Richard Blumenthal (D-CT) et les représentants Pramila Jayapal (D-WA) et Mondaire Jones (D-NY) ont écrit une lettre au procureur général Merrick Garland et au procureur général américain par intérim Nicholas Ganjei du Texas leur demandant de déterminer si des accusations fédérales pourraient être justifiées.

« Si les rapports sont exacts, le comportement semble être une violation claire de l’article 1 de la Sherman Antitrust Act (Sherman Act), qui criminalise » mak[ing] tout contrat » « en restreignant les échanges ou le commerce », indique la lettre.

Procureurs généraux dans dix États porte plainte contre Google en décembre sur un programme qui aurait été surnommé « Jedi Blue », selon un version brouillon non caviardée vu par le Le journal Wall Street. Le bureau du procureur général du Texas a mené la poursuite, alléguant que Facebook et Google ont travaillé pour saboter les « enchères d’en-tête », qui permettent aux annonceurs, y compris les concurrents, de contourner les enchères publicitaires de Google. Google « a utilisé à plusieurs reprises son pouvoir monopolistique pour contrôler les prix », selon la plainte.

L’accord Jedi Blue aurait garanti que Facebook recevrait un pourcentage fixe d’enchères publicitaires sur Google. En retour, Facebook a accepté de réduire son implication dans les enchères d’en-têtes dans les enchères publicitaires, indique la plainte.

En février, le société mère d’une chaîne de journaux de Virginie-Occidentale a déposé une plainte antitrust contre les deux sociétés, alléguant qu’elles détournaient les revenus publicitaires numériques des agences de presse. HD Media a allégué dans sa plainte que l’accord Jedi Blue était une contrepartie illégale.

Désormais, les membres du Congrès souhaitent que le ministère de la Justice enquête pour savoir si Google et Facebook devraient faire l’objet de sanctions, y compris d’éventuelles sanctions pénales.

Les deux sociétés nient vigoureusement tout acte répréhensible et ont émis des réfutations détaillées des accusations. En réponse à une demande de commentaires de Le bord, un porte-parole de Google a fait référence à un Article de blog de janvier écrit par Adam Cohen, directeur de la politique économique de l’entreprise. Intitulé « L’attaque trompeuse d’AG Paxton contre notre activité de technologie publicitaire », le message indique que Facebook est l’un des plus de 25 partenaires de son programme Open Bidding, et que la participation de Facebook Audience Network aide réellement les éditeurs, en augmentant la demande d’éditeurs. espace publicitaire, ce qui permet aux éditeurs de gagner plus de revenus.

« AG Paxton prétend à tort que nous manipulons l’enchère Open Bidding en faveur du FAN. Nous ne le faisons absolument pas », écrit Cohen dans le post. « Le FAN doit faire l’enchère la plus élevée pour remporter une impression donnée. Si un autre réseau ou échange éligible enchérit plus haut, il remporte l’enchère. La participation de FAN à Open Bidding n’empêche pas Facebook de participer aux enchères d’en-tête ou à tout autre système similaire. En fait, FAN participe à plusieurs enchères similaires sur des plateformes rivales.

Un porte-parole de Facebook a refusé de commenter la lettre, mais a souligné la déclaration de la société de décembre à ce sujet, dans laquelle la société a déclaré que de tels partenariats sont courants sur les marchés de la publicité numérique. « Toute suggestion selon laquelle ces types d’accords nuisent à la concurrence est sans fondement », indique la déclaration précédente.

Pourtant, les allégations spécifiques dans l’affaire du Texas ont suffi à déclencher de nouvelles mesures. Dans la lettre, les membres du Congrès sont particulièrement intéressés par l’affirmation selon laquelle l’accord Jedi Blue était signé par le vice-président senior de Google Philipp Schindler et la COO de Facebook Sheryl Sandberg. Les deux hommes savaient peut-être qu’ils violaient les lois antitrust, comme le suggère « une disposition régissant les options des parties pour résilier l’accord dans le cas de certaines enquêtes gouvernementales sur l’accord », ce qui pourrait être la preuve d’une intention criminelle, selon le lettre.

L’accord Jedi Blue équivaut à un truquage d’offres, suggère la lettre, en violation de la loi Sherman qui stipule qu’un « contrat … ou un complot, entravant le commerce ou le commerce … est déclaré illégal ». Les sanctions pénales peuvent aller jusqu’à 100 millions de dollars pour une entreprise reconnue en infraction et jusqu’à 1 million de dollars d’amende et dix ans de prison si un individu est reconnu coupable.



Source link

Quelle est votre réaction ?

Excité
0
Heureux
0
J'adore
0
Pas certain
0
ridicule
0

Vous aimerez aussi

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans:High-Tech News