High-Tech

Paragon s’efforce d’intégrer son système de fichiers ntfs3 dans le noyau Linux


Image en gros plan extrême des composants du disque dur.
Agrandir / Vos disques durs et SSD ne sont pas meilleurs que le système de fichiers avec lequel vous les formatez. Le pilote ntfs3 de Paragon combine des performances décentes avec une implémentation complète, une combinaison dont ni les ntfs intégrés au noyau Linux ni les ntfs-3g montés sur FUSE ne peuvent revendiquer les deux moitiés.

En mars de l’année dernière, le fournisseur de système de fichiers propriétaire Paragon Software déchaîné un flux de FUD anti-open source sur une implémentation exFAT dérivée de Samsung dirigée vers le noyau Linux. Plusieurs mois plus tard, Paragon semblait avoir vu l’erreur de ses voies et a commencé le processus ardu d’obtenir sa propre implémentation du NTFS de Microsoft (le système de fichiers par défaut pour toutes les machines Windows) dans le noyau également.

Bien que Paragon ait toujours du mal à aligner ses processus et ses pratiques sur ceux compatibles avec l’open source, le noyau Linux BDFL Linus Torvalds semble s’être intéressé personnellement au processus. Après près d’un an d’efforts de Paradox, Torvalds continue à doucement coup de coude à la fois lui et les développeurs Linux sceptiques afin de faire avancer le projet.

Pourquoi Parangon ?

Pour ceux qui connaissent l’utilisation quotidienne de Linux, l’utilité de la version NTFS de Paragon peut ne pas être immédiatement évidente. Le noyau Linux a déjà une implémentation de NTFS, et la plupart des distributions rendent incroyablement facile l’installation et l’utilisation d’une autre implémentation basée sur FUSE (ntfs-3g) au-delà.

Les deux implémentations existantes ont cependant des problèmes. L’implémentation dans le noyau de NTFS est extrêmement ancienne, mal entretenue et ne doit être utilisée qu’en lecture seule. En conséquence, la plupart des personnes qui ont réellement besoin de monter des systèmes de fichiers NTFS sur Linux utilisent le pilote ntfs-3g à la place.

Ntfs-3g est en assez bon état – il est beaucoup plus récent que l’implémentation ntfs dans le noyau, et en tant que gourou du système de fichiers Linux Ted Ts’o fait remarquer, il réussit en fait plus de tests de système de fichiers automatisés que le propre ntfs3 de Paragon.

Malheureusement, en raison du fonctionnement dans l’espace utilisateur plutôt que dans le noyau, les performances de ntfs-3g sont épouvantables. Dans les tests de Ts’o, le ntfs3 de Paragon a terminé les tests automatisés en 8 106 secondes, mais le ntfs-3g basé sur FUSE a nécessité 34 783 secondes.

Mis à part les bogues et les performances, la maintenance continue est un aspect clé du ntfs3 de Paragon, ce qui le rend intégré au noyau. Torvalds a estimé que « Paragon devrait juste faire une pull request pour [ntfs3] »-mais il l’a fait après avoir noté que le code devrait obtenir les OK des mainteneurs actuels et que Paragon lui-même devrait maintenir le code à l’avenir. (Le développeur de Paragon Konstantin Komarov a rapidement répondu que la société avait l’intention de continuer à maintenir le code, une fois accepté.)

Pourquoi pas Parangon ?

Bien que Torvalds lui-même semble positif quant à l’intégration du pilote ntfs3 de Paragon, comme le font plusieurs autres utilisateurs et développeurs, il existe encore des inquiétudes quant à l’intégration correcte de Paragon et de son flux de travail dans la communauté de développement du noyau et aux normes de cette communauté.

Ted Ts’o—mainteneur principal des systèmes de fichiers ext3/ext4 de Linux et des utilitaires d’espace utilisateur e2fsprogs utilisés pour les gérer—semble être le plus critique. En plus du nombre légèrement plus élevé de tests automatisés échoués qu’il a trouvés dans le code de Paragon, il note d’autres problèmes tels que l’ensemble du système impasses qui apparaît si ntfs3 est trop sollicité. (C’est un problème que nous avons entendu au fil des ans de la part de personnes qui ont également acheté le ntfs3 de Paragon.)

Ts’o soulève également des questions sur la maintenance et la communication, déclarant : « Je me sentirais mieux si * quelqu’un * chez Paragon Software répondait à Darrick [Wong] et mes questions sur leur assurance qualité, et/ou j’ai pris l’engagement qu’ils *essayeraient* au moins de résoudre les problèmes qu’environ 5 minutes de test à l’aide de fstests ont révélé de manière triviale. »

Son collègue développeur Darrick Wong a ajouté qu’il voulait s’assurer que Paragon soit investi dans la maintenance à l’avenir, afin que ntfs3 ne « devienne pas l’un des pilotes de système de fichiers Linux minables, comme [the current in-kernel ntfs]. »

La voie à suivre

Malgré le scepticisme de Ts’o et Wong, nous nous attendons généralement à ce que l’inclusion de ntfs3 de Paragon se produise éventuellement. L’entreprise a travaillé pendant un an jusqu’à présent pour extraire son code de 27 000 lignes de code lancées sur le mur dans un ensemble de correctifs prêt pour Linux – et bien que le développeur principal Komarov n’ait peut-être pas toujours répondu aussi rapidement ou aussi complètement que le préfèrent Ts’o et Wong, il continue de répondre.

Pour sa part, Torvalds semble déterminé à trouver un remplacement performant, moderne et maintenable pour l’implémentation ntfs ancienne (ère 2001) et rarement utilisée dans le noyau maintenant. Tant que Paragon reste disposé à continuer à jouer, il semble probable qu’il y parvienne éventuellement, peut-être même à temps pour le noyau 5.15.



Source link

Quelle est votre réaction ?

Excité
0
Heureux
0
J'adore
0
Pas certain
0
ridicule
0

Vous aimerez aussi

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans:High-Tech