High-Tech News

T-Mobile a induit les régulateurs de l’État de Californie en erreur, selon une décision


Selon une décision publiée vendredi, T-Mobile a fait des déclarations fausses et trompeuses dans son témoignage devant la California Public Utilities Commission (CPUC) au sujet de ses plans pour le réseau CDMA hérité de Sprint. L’entreprise aura l’occasion d’expliquer pourquoi elle ne devrait pas être sanctionnée pour avoir enfreint les règles de la commission.

La décision intervient après un long va-et-vient qui a commencé par une pétition de Dish Network en avril demandant à la Commission de modifier sa décision sur l’acquisition de Sprint. Dish a affirmé que T-Mobile avait fait des déclarations sous serment indiquant que la société fermerait le réseau CDMA 3G de Sprint dans un délai de trois ans. Lorsque T-Mobile a annoncé qu’il mettrait hors service le réseau le 1er janvier 2022, Dish a crié au scandale et a fait appel à la commission.

Il semblerait que CPUC soit d’accord avec Dish. Il a cité le témoignage donné par le directeur technique de T-Mobile, Neville Ray, qui, selon lui, a omis de mentionner que le spectre PCS occupé par le réseau CDMA serait nécessaire pour sa construction 5G. Ray a également déclaré que le maintien de l’ancien réseau n’aurait pas d’impact sur ses plans d’expansion de la 5G.

Lorsque Dish a qualifié la date d’arrêt du CDMA de 2022 de prématurée, T-Mobile a ensuite affirmé que le court délai était nécessaire car ce spectre PCS voudrais être nécessaire pour prendre en charge les services 5G après tout.

La Commission s’est appuyée sur les fausses déclarations, les omissions et/ou les assurances trompeuses données par T-Mobile concernant son utilisation du spectre PCS et ses références répétées à une période de migration de client de trois ans sans expérience dégradée dans l’encadrement D.20-04 -008. En outre, il apparaît que ces fausses déclarations, omissions et/ou assurances trompeuses et les références temporelles correspondantes visaient à inciter la Commission à approuver la fusion.

En guise de rappel, T-Mobile a accepté de vendre la marque prépayée Boost Mobile to Dish de Sprint comme condition de l’accord de fusion. L’idée était de créer Dish pour combler le vide sur le marché du sans fil que Sprint laisserait en tant que quatrième opérateur national. La base de clients Boost nouvellement acquise – dont beaucoup dépendent encore de l’ancien réseau CDMA – aiderait Dish à démarrer sur la bonne voie alors qu’il construisait son propre réseau sans fil.

C’est… ne comprend pas vraiment comment les régulateurs envisagent, à la surprise de personne qui n’y prêtait attention à ce moment-là. Mais en même temps une lettre récente du ministère de la Justice à T-Mobile et Dish a reconnu de « graves préoccupations » concernant la fermeture du CDMA, cette décision de la CPUC va un peu plus loin pour imposer potentiellement des sanctions à T-Mobile. Si l’entreprise ne peut fournir une raison suffisante pour enfreindre les règles de la Commission, elle peut être condamnée à payer jusqu’à 100 000 $ d’amendes pour chacune de ses infractions.

Cela, malheureusement, ne ressemble pas à beaucoup d’argent, surtout compte tenu de ce que T-Mobile peut gagner des clients Boost car il tente de les convertir avec des frais supprimés et des plans réduits. Quoi qu’il en soit, T-Mobile aura la chance de se défendre lors de son audience virtuelle prévue le 20 septembre.



Source link

Quelle est votre réaction ?

Excité
0
Heureux
0
J'adore
0
Pas certain
0
ridicule
0

Vous aimerez aussi

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans:High-Tech News