High-Tech

Tesla aurait payé 1 million de dollars à un ancien employé qui a déclaré que les superviseurs l’avaient traité d’insulte raciste


Un ancien employé de Tesla a remporté une récompense d’un million de dollars du constructeur automobile après qu’un arbitre a conclu que l’entreprise n’avait pas empêché ses superviseurs de le traiter d’insulte raciale, Loi Bloomberg signalé. Melvin Berry, qui est noir, a été embauché dans l’usine Tesla d’Alameda, en Californie, en 2015. Il a déclaré qu’un superviseur l’avait appelé le mot N, puis avait riposté en le forçant à travailler plus longtemps et à faire un travail plus exigeant physiquement lorsque Berry l’a confronté. Tesla a nié les allégations.

L’arbitre Elaine Rushing a déclaré dans une décision du 12 mai que Tesla était responsable du harcèlement décrit par Berry, selon Bloomberg. « La jurisprudence est claire qu’un cas où un superviseur dirige le mot N vers un subordonné est suffisant pour constituer un harcèlement grave », a écrit Rushing. Et, a-t-elle écrit, un superviseur qui a écrit à Berry une lettre d’avertissement manquait de crédibilité.

Tesla a fait valoir qu’il n’y avait aucune preuve écrite que Berry s’était plaint que les superviseurs l’appelaient le mot N, notant qu’il avait quitté l’entreprise volontairement, selon la décision de l’arbitre.

Les procédures d’arbitrage entre employeurs et employés sont généralement tenues confidentielles, mais Bloomberg a rapporté que l’avocat de Berry a déposé une requête standard devant le tribunal pour faire appliquer l’ordonnance de l’arbitre, qui a révélé la décision. L’avocat Lawrence Organ a dit Bloomberg que Berry n’engagerait pas d’autres actions en justice puisque Tesla a payé le prix.

Berry n’est pas le premier travailleur à alléguer le racisme à l’usine Tesla de Fremont. En 2017, ancien ouvrier de montage Marcus Vaughn a poursuivi Tesla disant que l’entreprise n’avait pas enquêté sur sa plainte écrite selon laquelle des collègues et des superviseurs l’avaient appelé le mot N. Vaughn a qualifié l’usine de Fremont de « foyer pour les comportements racistes ». Tesla a déclaré dans un communiqué à l’époque où le procès de Vaughn était un « foyer de désinformation ». En avril, un juge du comté d’Alameda a rejeté la demande de la société d’empêcher Vaughn de demander le statut de recours collectif pour la poursuite.

Un e-mail à Tesla sollicitant un commentaire n’a pas reçu de réponse immédiate jeudi ; Tesla dissoute son service de presse l’année dernière et ne répond généralement pas aux demandes des médias.



Source link

Quelle est votre réaction ?

Excité
0
Heureux
0
J'adore
0
Pas certain
0
ridicule
0

Vous aimerez aussi

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans:High-Tech