PC & Périphériques

Test Asus ROG Flow X13 + ROG XG MOBILE : notre avis


Vous connaissiez le disque dur externe, voici venir la carte graphique externe. C’est le concept qui se cache derrière le ROG Flow X13, une toute nouvelle gamme de PC Rog lancée en début d’année. Il s’agit d’un PC ultraportable, avec un écran de 13 pouces, sur lequel on peut brancher une carte graphique extérieure, l’XG Mobile, pour faire tourner ses jeux dessus.

C’est ce qui fait toute son originalité. Le branchement de ce GPU externe (eGPU) passe par une connectique située à gauche de l’appareil. L’eGPU pour sa part, est bien à l’abri dans un boîtier noir assez peu encombrant. Deux modèles existent : l’un avec une RTX 3080, comme c’est le cas sur le modèle que nous testons, et un autre avec une RTX 3070.

Même si on exclut l’XG Mobile ce laptop d’Asus est déjà bien équipé. En guise de processeur, on a le choix selon les modèles entre trois puces très puissantes: les Ryzen 9 5980HS, Ryzen 9 5900 HS ou Ryzen 7 5800 HS. On trouvera 16 ou 32 Go de Ram selon les cas, ainsi qu’une carte graphique interne, la RTX 1650. Bientôt, la gamme devrait s’agrandir avec des modèles abritant les toutes récentes RTX 3050 et RTX 3050Ti. Même sans son eGPU, on a déjà l’un des plus puissants ultraportables de cette taille disponible sur le marché.

eGPU

L’utilisation d’un eGPU était déjà possible avec des PC Intel, en tirant parti du Thunderbolt 3 ou le plus récent Thunderbolt 4, mais AMD ne possédait pas encore d’équivalent, jusqu’à la sortie de ce PC, annoncé lors du CES 2021. Cela veut aussi dire que si vous décidez d’acheter le GPU mobile d’Asus, vous n’avez pour l’heure qu’un seul modèle de PC qui soit compatible, étant donné que cette connectique d’AMD pour les eGPU est encore toute nouvelle.

Cependant, on sait que ASUS est habituée à lancer des concepts un peu innovants, et qu’il ne s’agit donc probablement pas que d’un essai sur un coup de tête. Interrogé sur ce point, la marque explique qu’elle ne prévoit pas encore officiellement de lancer d’autres laptop compatibles, mais elle n’exclut pas non plus d’en présenter à l’avenir, « selon le retour consommateur ».

Le prix des eGPU seuls s’élève à 999 euros pour une RTX 3070 et 1499 euros pour une RTX 3080. Nous testons là la version la plus chère de cette installation, autour des 3499 euros, dotée d’un écran 4K de 60 Hz, d’un Ryzen 9 5980 HS, de 32 Go de Ram, d’1To de stockage et accompagné d’une RTX 3080 externe. La version la moins chère, avec une RTX 3070 externe, un écran FullHD+ 120Hz, un Ryzen 7, 512 Go de stockage et 16 Go de Ram s’élève à 2500 euros.

La config la plus chère est donc assez concurrentielle par rapport à des configurations plus traditionnelles (sans eGPU), mais la moins chère s’avère un tout petit peu plus chère que les prix du marché. Un surcoût qui s’explique sans doute par la transportabilité du produit.

Avec ce PC, Asus vise plusieurs catégories de joueurs et joueuses. On pense notamment à ceux et celles qui voudraient emmener leur PC de jeu au travail. Plus besoin de transporter la carte graphique à chaque fois. Autre cible de la formule : les personnes vivant dans un appartement de taille modeste, où il est difficile de dédier un endroit complet à la pratique du jeu, la portabilité du Rog Flow X13 et de son eGPU s’avère être un vrai atout. On pourra en effet déplacer sa zone de jeu d’un coin à l’autre de l’appartement assez facilement.

Tour du propriétaire

L’Asus Rog Flow x13 est un 13 pouces très fin (15,8mm d’épaisseur) assez élégant et doté d’une robe noire mat. Son caractère « gaming » ne saute pas immédiatement aux yeux, ce qui peut être déterminant pour quiconque veut utiliser son PC dans un environnement professionnel. Il est doté d’un revêtement en alliage d’aluminium avec de fines rayures en relief qui coupent en diagonales la coque du PC et qui offrent une sensation agréable au toucher.

Capot

Ventilation

Cela n’apparaît pas non plus immédiatement, mais le Rog Flow x13 est également un convertible. Grâce à ses charnières rotatives, on peut le passer en mode tablette et profiter pleinement des fonctions tactiles de l’écran. Son poids modeste de 1300 grammes et ses dimensions réduites le rendent très facilement transportable.

Mode tente

L’eGPU pour sa part se présente sous forme d’un rectangle noir de 21 centimètres par 16, et d’une épaisseur de 3 centimètres. Il reprend le motif des diagonales du Rog Flow, mais dans une version plus large, et dans un revêtement entièrement plastique. Sur un côté, on découvre un ventilateur qui, une fois branché, s’allumera en rouge, avec une ouverture pour qu’il puisse respirer. De l’autre côté, une charnière dans la coque permet de dégager un support afin de poser plus élégamment l’objet en mode tente.

PC et Rog XG

Comme tous les PC destinés au jeu, il possède de larges ouvertures (enfin larges pour un 13 pouces) à l’arrière et sur les côtés. Côté droit, on trouve le bouton d’allumage qui sert aussi de détecteur d’empreintes digitales, un port USB-A et un port USB-C qui sert également pour l’alimentation. Notons qu’un deuxième port USB-C se cache à l’intérieur-même de la connectique du XG Mobile.

Côté droit

On retrouve justement cette dernière côté gauche du PC, à côté d’une sortie HDMI 2.0b et d’une entrée jack 3.5mm. On pourrait trouver la connectique un peu faible, mais il faut dire aussi que le eGPU fait également office de hub à connectiques, donc on lui pardonne aisément. Ce dernier est d’ailleurs bien fourni, puisqu’il amène un autre port HDMI, un displayport, quatre USB-A, une entrée carte SD et un port Ethernet.

Côté gauche

Enfin pour compléter, le Rog Flow X13 embarque une webcam 720p sans prétention mais bienvenue, ainsi qu’un micro. Malheureusement, le Rog Flow n’est pas compatible avec la reconnaissance faciale. Il est cependant compatible avec la norme Wifi 6 comme la plupart des laptops sortis en 2021.

Côté clavier, malgré les 13 pouces qui obligent à tasser un peu les touches, on est tout de même très à l’aise et on profite des nombreuses touches multimédias classiques, comme celle permettant de régler le ventilateur, ou l’aura du clavier, doté d’un rétroéclairage tout simple. Comme toujours chez Asus, un bouton dédié permet d’accéder à Armoury Crate, son logiciel de gestion assez utile.

Logiciels

C’est bien beau ce GPU extérieur, mais est-ce que ce n’est pas trop compliqué à utiliser ? Asus a rendu l’opération on ne peut plus simple. On le branche, puis on le verrouille à l’aide d’un petit clip dédié. Là, un logiciel dédié se lance sur le PC. Il propose d’éteindre toutes les applications qui utilisent le GPU interne. Une barre de chargement se lance, une diode s’allume en rouge sur la connectique pour rappeler qu’il ne faut pas la débrancher brusquement et voilà, fin de l’opération. Elle prend à peine 20 secondes.

Connecteur

Pour déconnecter l’eGPU, on va chercher “ROG XG Mobile” dans les icônes Windows en bas à droite du bureau, on clique dessus et il nous est proposé de déconnecter le Rog XG Mobile Bien entendu, cette technologie ne va pas sans quelques contraintes. Si on oublie de déconnecter le GPU avant d’éteindre son PC, à l’allumage, il nous signale que le GPU n’a pas été retiré correctement et nous demandera de recommencer la procédure de connexion.

Asus propose comme d’habitude dans ses PC gaming le logiciel Armoury Crate. Celui-ci offre une ribambelle de fonctionnalités très utiles, comme son onglet Système, où l’on peut inspecter les performances du GPU ou libérer de la mémoire si l’on vient à en manquer. Autre fonctionnalité : on peut y choisir un mode de réglage de l’écran parmi huit proposés. L’aura très discrète qui se détache du clavier peut aussi être configurée ou encore l’intensité du ventilateur.

Armoury crate

Autonomie

Bien souvent les PC gaming ne brillent pas par leur autonomie. Mais il n’est pas rare non plus qu’un PC ultraportable soit doté d’une bonne autonomie, étant donné qu’un PC si petit sert bien souvent à des tâches professionnelles. On attend donc bien souvent qu’il soit capable de tenir le choc d’une journée de travail complète sans devoir être rebranché.

Afin de tester l’autonomie du Rog Flow X13, nous lui avons fait subir le même test qu’à ses petits camarades. Connecté à internet via Wifi, nous avons lancé le navigateur Edge, pour y ouvrir Netflix et regarder La Casa de Papel. Le réglage est toujours le même : 50 % de luminosité et 40% de son. Profitons-en pour dire que le son, même s’il s’échappe de deux minuscules haut-parleurs, couvre largement le bruit des ventilateurs et qu’il produit un son plutôt bien doté en basses pour un 13 pouces.

Le verdict de notre test d’autonomie est sans appel : 6 heures et 52 minutes de la célèbre série de Netflix auront suffi à voir la batterie se vider. Voici donc le principal défaut du Rog Flow x13, son autonomie, très en dessous de 13 pouces de bureautiques classiques, mais légèrement meilleure que certains PC gaming plus imposants.

Cela reste une autonomie correcte, d’autant que la charge en USB-C est très peu contraignante, car un chargeur de smartphone fera l’affaire pour lui redonner un peu d’autonomie. Par ailleurs, le chargeur fourni avec le modèle est compatible avec la charge rapide. Précisons aussi que le PC se recharge lorsqu’il est branché à son eGPU, une bonne idée qui évite de se trimbaler avec trop de câbles à la fois.

Performances

Comme d’habitude chez CNET France, nous testons nos PC avec deux benchmarks : Novabench et Geekbench. Sur Novabench, sans l’eGPU branché, il obtient déjà un score digne d’un PC gaming moyenne gamme de 3681, quelques points au-dessus de l’HP Omen 15, qui avait eu 3626 avec un RTX 2060. Avec l’eGPU, étrangement, le score baisse, car Novabench ne prend plus en compte la carte graphique. Il obtient donc sans carte graphique, un très bon 3062.

Novabench

Sur Geekbench, nous testons trois valeurs : le processeur en mono-cœur, en multicœurs et  la carte graphique. Le processeur obtient des valeurs sensiblement similaires avec ou sans le module. En mono-cœur, on note 1463 sans l’eGPU, et 1483 avec. En multicoeurs, sans l’eGPU, le processeur obtient 7669 sur Geekbench, et 8086 avec l’eGPU.

Enfin, l’eGPU obtient 124 655 et la GTX 1650 à l’intérieur du 13 pouces s’en sort plutôt bien avec un 37 084. Notons que le score de notre RTX 3080 est tout de même largement en dessous d’une autre RTX 3080, que nous avions testé sur le MSI GE76, et qui avait obtenu 143 568. Cela s’explique : même si les RTX 3080 mobile portent le même nom, elles ont bien souvent des fonctionnalités et des capacités assez différentes d’un modèle à l’autre. Ce qui est plus étonnant, c’est que la RTX 3080 mobile fournie avec l’XG mobile obtient un score inférieur à la RTX 3070 testée au sein du ROG Strix G17, qui avait obtenu elle 127 821. Cependant, cette différence de score peut s’expliquer par la configuration très particulière de ce PC, pas forcément prise en compte par l’outil de benchmark.

Quoi qu’il en soit, avec de tels chiffres, nous étions impatients de tester le GPU externe en condition réelle. Précisons que comme il s’agit d’un PC doté d’un écran en 16:10, nous avons préféré lancer, lorsque nous le pouvions, les jeux dans des résolutions en 16:10 pour nos tests. Nous en avons aussi profité pour tester ce PC avec ou sans son eGPU, selon les jeux.

Précisons que Asus nous a indiqué que le PC ventile mieux en mode tente, ce qui fait un sacré un avantage par rapport à un 15 ou 17 pouces non convertible lorsqu’on utilise un écran secondaire. La marque taïwanaise insiste également sur un point : elle conseille à ceux qui souhaiteraient brancher un écran secondaire de le faire directement sur l’eGPU, plutôt que sur le port HDMI situé sur le PC, car les performances seraient légèrement meilleures. En suivant leurs conseils, nous avons effectivement constaté un gain de 5 IPS sur Cyberpunk 2077, et même de près de 10 IPS sur Red Dead Redemption 2 (les deux étaient en FullHD+), ce n’est donc pas négligeable.

Sans son GPU extérieur, le Rog Flow x13 peinera à faire tourner des titres récents. Sur Red Dead Redemption 2, avec un niveau de qualité moyen et une résolution 1280×800 (HD+), il ne tourne qu’à 27 images par seconde (IPS) de moyenne.

Avec l’eGPU branché, le jeu de cowboy de Rockstar tourne plutôt bien. Poussé en ultra avec une résolution de 2560×1600 (QHD en 16 :10 en quelques sortes), il offre 46 IPS de moyenne. Si on baisse la qualité à un niveau moyen, on passe la barre des 60 IPS avec 64 IPS de moyenne, et le jeu reste magnifique. En fullHD+, en ultra, on note 52 IPS de moyenne, et 81 avec les détails graphiques réglés sur moyen.

jeu vidéo

Sur Valheim, parfois gourmand, mais normalement à la portée de sa GTX 1650, en 1080×1200 (fullHD+) il peine à fournir 25 IPS en niveau de détail très élevé. En moyen, il fournit 30 IPS de moyenne. En HD+, mais avec les détails graphiques à fond, le jeu de viking à succès fourni 35 IPS. Une fois connecté à sa RTX 3080 externe, le Rog Flow x13 offre entre 25 et 30 IPS de moyenne en 4K, et une cinquantaine d’IPS en FHD+.

The Witcher 3, sans le GPU extérieur, peut tourner jusqu’à 42 IPS de moyenne en 1080 pixels, ce qui est bien, mais qui reste assez limité pour apprécier un jeu aussi long. Nous l’avons également lancé sur le jeu de stratégie de Total War Warhammer 2. Sans le GPU mobile, en fullHD+, il produit 52 images par seconde en détails graphiques moyens, et 30 IPS en ultra.  Une fois le GPU mobile branché, on note 77 IPS en ultra, et 119 en moyen. En 4K+, la résolution native du PC que nous avons testé, il peine à fournir 47 IPS en moyen, et 35 IPS en ultra.

Sur Cyberpunk 2077, 71 IPS en fullHD+ avec un niveau moyen, et 52 IPS en ultra. En QHD+, en moyen 61 IPS, et en ultra 43 IPS. Pour la 4k, c’est un peu léger : 32 IPS en moyen et 28 en ultra.

En somme, sans son GPU mobile, il est possible de jouer avec le Rog Flow x13, ce qui reste toujours un plus pour un ultraportable, mais il ne faudra pas s’attendre à une fluidité sans faille, ni à des paramètres graphiques poussés très loin. Par ailleurs, même avec l’eGPU branché, l’écran UHD+ semble toujours de trop. Nous vous conseillons d’opter pour le modèle en FHD+, d’autant qu’il est en 120 Hz là où la version 4K est bloquée à 60 Hz (sauf si vous utilisez un écran externe).

Si vous souhaitez jouer avec un niveau graphique extrêmement bon, et que vous avez le budget, il peut être intéressant de se tourner vers le MSI GE 76 Raider, lui aussi doté d’une RTX 3080. En revanche, si c’est l’aspect ultra portable de gaming qui vous attire dans ce Rog Flow X13, l’Asus Rog Zephyrus G14 vaudra certainement le coup d’œil.

Le Rog Flow X13 est un PC peu ordinaire, car très adaptable à un grand champ de situation. Qu’on souhaite l’emmener chez un ami pour jouer, ou qu’on laisse brancher l’eGPU sur un écran secondaire pour venir y brancher le 13 pouces pour jouer entre deux sessions de travail, il offre une adaptabilité rare dans le milieu des PC gaming, souvent assez lourds et encombrants.

Vu sa spécificité, c’est aussi bien entendu un PC situationnel. On saurait surtout le conseiller à quelqu’un d’ultra mobile, qui a besoin d’un PC correct et léger pour travailler, qui apprécie d’avoir un hybride pour ses loisirs par exemple, mais qui aimerait aussi pouvoir jouer avec un haut niveau de qualité graphique. Reste que lors de nos benchmarks, nous avons pu constater que la puissance de sa carte graphique est encore un peu décevante par rapport à des modèles plus traditionnels.

En termes de tarifs, il parvient par ailleurs à rester à portée de PC dotés de cartes graphiques internes, ce qui pour un PC avec une connectique propriétaire unique reste une certaine prouesse. S’il vient à se vendre correctement, il pourrait même ouvrir une nouvelle voie dans le laptop gaming.



Source link

Quelle est votre réaction ?

Excité
0
Heureux
0
J'adore
0
Pas certain
0
ridicule
0

Vous aimerez aussi

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *